Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘emotion’

De nos jours, on  se sert très peu au quotidien de cette émotion. Des désagréments qu’elle pourrait causer à certains la rendent décourageante à appliquer.  Mais qu’à cela ne tienne, parfois il est juste difficile de pouvoir faire sans.  C’est sans doute ce  mélange de sentiments qui s’est emparé de presque tout le monde entier à la suite de la catastrophe (tsunami) qui a dévasté Haïti l’année dernière. Ces pensées d’affection, mêlées à la colère face à l’impuissance, l’injustice portées à des semblables en détresse touchés  au hasard. Cette frustration d’être impuissant,  cette envie de  donner de soi pour soulage l’autre. Je ne sais pas si c’était la première fois, mais moi c’était ma première fois que je voyais tous les peuples témoigner  dans un même sens leur sensibilité dans u ne prise de conscience collective de la fragilité de l’Homme. Ce tragique évènement a suscité une communion planétaire évidente, visible ; à l’échelle des individus.  La vie de tous les jours est le témoin de ce type  d’élans quoi que plus confidentiels…

La compassion qui veut dire  « avec passion » est d’un mot d’origine latine qui signifie souffrance ou alors  littéralement  « souffrir avec »

Rassurez-vous, dans la compassion je ne vois certainement pas  le fait  de souffrir avec l’autre ( Mrjazzz, tu vois…)  mais davantage d’avoir une réaction de sensibilité pour  son prochain, de ne pas être indifférent à ce qui lui arrive, de communiquer, de s’ouvrir. Bien sur la notion de compassion  pleine de connotations ne saurait se réduire à une simple définition. Elle est fonction  de la manière  dont elle est vécue et des valeurs qu’elle revêt pour celui qui l’exprime. Son expression revêt de multiples visages. La compassion  c’est l’échange de passion ;  cette capacité que l’on a de se mettre à la place de l’autre, à l’intérieur de l’autre, de ressentir ce qu’il ressent et de le comprendre.

Si par moment des catastrophes comme  celle d’ Haïti peuvent faire en sorte de réveiller la sensibilité de certains, je me demande quelle place tient la compassion  au quotidien ? Pour des chrétiens, je sais qu’elle devrait tenir une place de qualité dans leur vie, parce que la foi passe en autre par le lien de compassion avec autrui. En effet, l’un des commandements le plus important de la Bible est : « aime ton prochain… » ; Elle prône aussi la charité ; l’union avec Dieu est indissociable du partage : « Tout ce que vous faites aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites ». La compassion est donc inhérente à la relation à l’autre, elle implique bien de prendre sur soi les peines ou la souffrance d’autrui. Une perspective peu attirante pour les hédonistes que nous tendons à devenir. En  y regardant de plus près, je me dis que  cela est à relativiser car cela dépend de l’angle qu’on adopte par rapport à une situation. Il est vrai  que pris par notre personne, on a tendance à ne pas se soucier ou perdre du temps avec les malheurs des autres : « tout le monde a ses problèmes, que chacun se débrouille » diront certains.  D’un autre coté, personne n’est jamais à l’abri des problèmes, donc d’avoir besoin des autres. D’ailleurs c’est parait il  à ce moment là qu’on reconnait ses vrais amis. Je me demande comment serait ce monde si chacun jouait uniquement sa carte personnelle…

Pour répondre à la question poser au début du billet, je dirais que pour moi, la compassion j’essaie de l’appliquer au quotidien, je m’implique sans pour autant jouer les saint-Bernards, c’est à travers le partage que je m’épanouis, même si ce n’est pas évident tous les jours. Panser les plaies des autres me permet de faire le point sur les miennes. Tout ou presque ce que j’ai fait de beaux, je l’ai bâti  sur la compassion.

Lire aussi :

La charité…

 

 

Publicités

Read Full Post »

Elle  vient du  mot latin « emotere » qui signifie mouvoir ;  qui suggère l’action. L’émotion peut être définie comme étant une réaction affective passagère d’intensité plus ou moins forte. Ou une réaction à un évènement déclencheur qui comporte des manifestations physiologiques et comportementales. Sa survenue peut être  rapide.

Il y a ce penseur controversiste (philosophe peut être) qui a dit : «  L’émotion est nègre et la raison hellène ». L’émotion n’est pas nègre mais universelle. On distingue dans toutes les races, cultures 5 émotions de base : la Joie, le Désir, la Colère, la Tristesse et la Peur.

  • La joie :

Elle se manifeste par le sourire, le rire. Le visage est détendu, de même que le corps. C’est une émotion capitale ; elle libère de l’énergie. Elle est liée au désir, à la motivation. Elle nous stimule, nous rend créatifs. Elle va de la bonne humeur à l’exaltation

  • La peur :

Elle se manifeste par la pâleur du visage, le tremblement des mains, des gestes de nervosité, paralysie, voix faible, un débit saccadé de paroles, confusion des propos, mains moites, transpiration excessive, accélération du rythme cardiaque. C’est une émotion d’anticipation. Elle se produit en réponse à la prévision d’un évènement à venir. Elle nous informe d’un danger proche, réel ou imaginaire. Elle permet de s’adapter, d’éviter le danger ou de s’exposer. Elle pourrait aller  de la crainte à la terreur.

  • La colère :

Elle se manifeste par la pâleur du visage, la tension des muscles du visage, une voix forte, on est agité. Elle révèle un conflit ou une insatisfaction. C’est une émotion générée par un décalage entre notre système de valeur et la réalité perçue. Elle va de l’irritation à la fureur. Cette émotion est grande consommatrice d’énergie. Elle nous incite à agir.

  • La tristesse :

Elle se manifeste par une crispation du visage ou alors le visage est figé. La tête est baissée, le regard dirigé vers le bas, une grande lassitude, l’isolement. Elle est associée à un évènement indésirable, une perte. Elle peut être source d’enseignement, de compréhension. Parfois, elle provoque un comportement de repli sur soi. Elle diminue le niveau d’énergie et peut allée du « cafard » à la mélancolie.

  • Le désir :

Il se manifeste par le dynamisme, le plaisir, sourire. C’est une émotion d’anticipation positive ; elle nous donne de l’énergie. Elle  peut se produire à l’évocation d’un projet attractif et va du plaisir, contentement,  à la passion.

La suite ici :

Gérer nos émotions et celles des autres :

Read Full Post »