Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘vie de couple’

Le temps est quelque chose de fort dans toute relation. Et en particulier dans la vie de couple. Avec le temps, beaucoup de choses s’en vont…et on peut difficilement y faire quelque chose. Un homme ou une femme qui nous a ravi…est vite parcouru(e) au bout de quelques mois, voire quelques années. Soit parce qu’il ou elle n’a pas suffisamment conscience de l’infini encore non révélé en elle ou lui (et donc ne permet pas d’y accéder) soit parce qu’on n’a plus envie d’aller plus loin dans le fond de l’autre. (suite…)

Publicités

Read Full Post »

C’est une histoire dont j’ignore l’auteur  et que j’ai reçu . J’aime bien  ce qui y est dit. Elle relate à mon sens des difficultés dans la vie de couple que l’on reproduit bien assez souvent.

Comme j’ai commencé avec en introduction la liste de la fiancée… Je pense qu’il serait bien de pousser jusqu’au mariage et même après… Cette histoire donne donc un peu le ton.

Lorsque je suis arrivé à la maison et que ma femme servait le dîner je lui ai pris la main et lui ai dit: j’ai quelque chose à te dire. Elle s’asseya et tranquillement sans dire un mot mangea.
Encore une fois je vis la peine dans ses yeux.

Soudainement je ne savais plus ouvrir la bouche. Mais je devais lui faire part de ce que je pensais. Je veux divorcer. J’ai soulevé le sujet calmement. Elle n’a pas semblé contrariée par mes paroles, elle m’a simplement demandé pourquoi?
J’ai fuis sa question. Elle s’est alors fâchée. Elle lança les baguettes et cria vers moi, tu n’est pas un homme!
Ce soir là nous ne nous sommes pas adressé la parole. Elle pleurait. Je savais qu’elle voulait savoir ce qui était advenu de notre mariage. Mais je ne pouvais lui donner une explication satisfaisante, elle avait perdu mon cœur pour Jane. Je ne l’aimais plus. J’avais seulement de la pitié pour elle!

Avec un énorme culpabilité, je lui fis part de mes arrangements pour le divorce, que je lui léguais la maison, l’auto et je mettais en jeu 30% de mon entreprise. Elle y jeta un coup d’œil et le détruisit en morceaux.

Cette femme qui avait passé 10 ans de sa vie avec moi, était devenue une étrangère. J’étais désolé pour elle de ce temps gaspillé, de ressource et d’énergie, mais je ne pouvais reprendre ce que je venais de lui dire, car j’aimais Jane chèrement.
Soudainement elle s’est mise à pleurer très fort devant moi, ce à quoi je m’attendais. Dans le fond, ses pleurs étaient pour moi une délivrance.
Cette idée de divorce qui m’obsédait depuis plusieurs semaines, me semblait maintenant plus ferme et claire.

Le jour suivant, je suis revenu à la maison très tard, et l’ai trouvée assise à la table en train d’écrire. Je n’ai pas soupé et je suis directement allé me coucher et m’endormir aussitôt car j’étais fatigué de ma journée mouvementé avec Jane.
Lorsque je me suis réveillé, elle était toujours assise à la table à écrire. Je ne m’en suis pas occupé, je me suis retourné de côté et rendormi à nouveau.
Au matin elle me présenta ses conditions de divorce: elle ne voulait rien de moi, mais avait besoin d’un mois d’avis avant le divorce.
Sa requête était que, durant ce mois, nous devions tous deux se battre pour vivre une vie aussi normal que possible. Sa raison était simple: notre fils devait passer un examen à la fin de ce mois là et ne voulait en aucun cas, le déranger avec un mariage brisé.

C’était parfait pour moi. Mais elle ajoutait autre chose, elle me demanda de lui rappeler comment je l’avais transporté dans notre chambre nuptial le jour de notre mariage.
Sa deuxième requête était que durant ce mois, je devais la transporter de notre chambre au seuil de la porte tout les matins. Je croyais qu’elle devenait folle. Pour faire de ses derniers jours supportables, j’acceptais son étrange requête.

J’avisais Jane des étranges conditions de divorce. Elle s’est mise à rire et croyait elle aussi, que c’était absurde.
Jane me dit avec m’épris, que peu importe les ruses qu’elle prendrait, elle devait faire face au divorce.
Ma femme et moi n’avions plus aucun contact physique depuis que j’avais pris la décision de divorcer.

Alors quand j’ai dû la sortir de la chambre le premier jour, nous étions tout les deux maladroits. Notre fils applaudissait derrière nous, papa porte maman dans ses bras. Ces mots m’apportais de la peine. De la chambre au salon, ensuite à la porte, j’ai marché environ 10 mètres avec elle dans mes bras.

Elle ferma les yeux et me demanda doucement de ne pas parler du divorce à notre fils. J’ai fais oui de la tête, j’ai ressenti un étrange sentiment plutôt bouleversant. Je l’ai déposée par terre à l’extérieur de la porte. Elle est parti attendre l’autobus pour le travail. J’ai conduis seul jusqu’au bureau.

Le deuxième jour, tous les deux agissions plus facilement. Elle s’appuya sur mon estomac. Je pouvais sentir la fragrance de sa chemise. Je réalisais que je n’avais pas regardé cette femme attentivement depuis un bon bout de temps. Je réalisais qu’elle n’était plus jeune.
Il y avait des rides sur son visage, ses cheveux grisonnaient ! Notre mariage avait fait des ravages sur elle. Pour une minute je me suis demandé ce que je lui avais fais.

Le quatrième jour, j’ai ressenti un retour d’intimité. C’est cette femme qui m’avait donné 10 ans de sa vie.

Le cinquième et sixième jour, je réalisais que l’intimité ressentie grandissait à nouveau. Je n’ai pas parlé de ceci à Jane. Il était plus facile de la transporter au fur et à mesure que le mois avançait.
Peut-être que ce travail chaque jour me rendais plus fort.

Un matin qu’elle tentait de choisir quoi porter, elle essaya quelques robes mais ne parvenait pas à trouver la convenable. Elle murmura que toutes ses robes étaient devenues trop grandes.


Soudainement je prenais conscience qu’elle avait maigri, et c’est la raison pour laquelle je pouvais la transporter plus facilement.
Cela me frappa… elle avait enterré tant de peine et d’amertume dans son cœur. Inconsciemment j’ai atteint et touché sa tête.

Notre fils est arrivé à ce moment et a dit: « papa il est temps de porter maman dehors ». Pour lui, voir son père transporter sa mère dehors était devenu une partie essentiel à sa vie. Ma femme fit un geste à notre fils de venir plus près et le serra très fort.
J’ai tourné la tête parce que j’avais peur en cette minute de changer d’idée. Je l’ai ensuite prise dans mes bras, marchant de la chambre au salon et dans l’entrée. Elle mit ses bras autour de mon cou tout doucement et naturellement. J’ai tenu son corps serré, c’était comme le jour de notre mariage.  Mais sa maigreur me rendais triste.

Le dernier jour, lorsque je l’ai prise dans mes bras, je pouvais à peine bouger d’un pas. Notre fils était parti pour l’école.
Je la tenais fermement et lui dit: « je n’avais pas remarqué que notre vie avait manqué d’intimité ».

Je conduisis jusqu’au bureau… rapidement je sautai hors du véhicule, sans barrer les portes. J’avais peur qu’un seul délai puisse me faire changer d’idée… je montais les marches. Jane ouvrit la porte et je lui dit: « désolé Jane, je ne souhaite plus divorcer maintenant ».

Elle me regarda sidérée et me toucha le front. Fait tu de la fièvre? Je retirai sa main de mon front. Désolé Jane, mais je ne divorce pas. Ma vie de mariage était probablement devenu ennuyeuse parce que, ni elle ni moi n’avions évalué les détails de nos vies, mais non parce que notre amour était mort. Maintenant je réalise que depuis le jour ou je l’ai transportée dans notre demeure le jour de notre mariage, c’est mon devoir de la soutenir jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Jane semblait soudainement se réveiller. Elle me gifla violemment et claqua la porte puis éclata en sanglots. Je redescendis l’escalier et je suis parti.

En route, j’arrêtai chez un fleuriste, j’ai commandé un bouquet de fleurs pour mon épouse. La vendeuse me demandait ce qu’elle devait écrire sur la carte. Je souris et écrivis « je te porterai dehors tout les matins jusqu’à ce que la mort nous sépare ».

Cet après-midi là j’arrivais à la maison, fleurs à la main, sourire aux lèvres, je montais les marches à la course, pour retrouver ma femme seule dans son lit – morte.

Ma femme se battait contre un CANCER depuis des mois, mais j’étais tellement préoccupé avec Jane pour seulement m’en apercevoir.
Elle savait qu’elle allait mourir sou peu et elle voulait me préserver, peu importent les réactions négatives de notre fils, au cas où nous aurions divorcé. — Au moins, aux yeux de mon fils — je suis un mari aimant…

Les plus petits détails de votre vie sont ce qui compte vraiment dans une relation; ce n’est pas la demeure, l’auto, la propriété, l’argent en banque. Ceci crée un environnement favorable pour la joie mais ne peut donner la joie à soi-même.

Alors trouvez du temps pour être l’ami de votre épouse et faites ces petites choses l’un pour l’autre, qui crée l’intimité.
Ayez vraiment un mariage joyeux!

Si vous ne partagez pas ceci, rien ne vous arrivera.
Si vous décidez de le faire, vous pouvez peut-être sauver un mariage.

Beaucoup d’échecs dans la vie, viennent du fait que, les gens n’ont pas réalisé combien ils étaient près du succès, lorsqu’ils ont abandonné.

Read Full Post »

J’ai reçu un lot de petites blagues par mail qui traduit un la vie de couple à un moment donné de celui ci. J’ai bien aimé, ça m’a fait bien rire…:)

Première histoire

Un homme dit à son épouse : – Comment le bon Dieu a-t-il pu te faire aussi belle et aussi stupide à la fois ? Celle-ci répond : -Laisse-moi t’expliquer : Dieu m’a faite belle pour t’attirer.. Et il m’a faite assez stupide pour que je te garde.


Deuxième histoire

Un homme lit le journal et dit à son épouse : – Savais-tu que les femmes utilisent 30.000 mots par jour et les hommes 15.000 ?
La femme lui répond : ‘C’est facile à expliquer, il faut toujours répéter deux fois la même chose aux hommes..’ L’homme se retourne vers elle et dit : ‘Quoi?’

Troisième histoire
Un couple se balade en voiture à la campagne. Suite à une discussion plutôt acerbe, ils ne se parlent pas. Passant devant une ferme où on voit des ânes et des cochons, le mari ose briser le silence et dit : «Tiens, de la famille à toi? » Son épouse répond du tic au tac : « Oui, par alliance!»

Quatrième histoire
Suite à une dispute, un couple ne se parle plus.. Aucun ne veut rompre le silence. Soudain le mari se souvient qu’il doit se lever à 5:00 du matin pour prendre l’avion en vue d’un rendez-vous d’affaires important. Il prend un bout de papier et écrit : – Réveille-moi à 5 heures, je dois prendre l’avion. Il le place bien en vue… Le lendemain, il se réveille à 9h; furieux, il se lève et aperçoit un papier sur sa table de nuit sur lequel il lit : ‘Il est 5h, lève-toi.’
Ne jamais sous-estimer une femme…

Cinquième histoire
Il était une fois un homme très pingre qui avait travaillé toute sa vie et épargné son argent….. Il aimait l’argent plus que tout et juste avant de mourir il dit à sa femme : « Lorsque je mourrai, je veux que tu mettes tout mon argent dans le cercueil avec moi, ce sera pour ma vie après la mort »
Bien à contrecœur, sa femme lui fit le serment de mettre tout son argent dans le cercueil avec lui.
Peu de temps après, il mourut…
Au cimetière, il était étendu dans son cercueil entouré de quelques amis, membres de sa famille et de son épouse toute de noire vêtue. Comme la cérémonie se terminait et juste avant que le cercueil soit refermé et porté en terre, l’épouse dit: ‘Attendez une minute’. Elle prit alors une boîte qu’elle déposa dans le cercueil avec son époux.
Les préposés firent alors descendre le cercueil dans la fosse.
Un ami lui dit alors: ‘Écoute bien, j’espère que tu as été assez intelligente pour ne pas mettre tout son argent dans le cercueil avec lui comme il t’avait demandé ?’
L’épouse dit alors: ‘Bien sûr que je suis une bonne chrétienne et je ne puis revenir sur la parole faite à un mourant de mettre son argent avec lui dans le cercueil’, et elle ajouta : ‘Je lui ai fait un CHÈQUE’
Ne jamais sous-estimer l’intelligence et le pragmatisme d’une femme…!!!! !

6 ème histoire :

Un homme va dans un bar et commande une bière. Il la boit d’un coup, regarde dans sa poche et en commande une autre. Il la boit et regarde dans sa poche. Après avoir fait ça plusieurs fois, le serveur lui demande :
– « Pourquoi après chaque bière vous regardez dans votre poche ?
– Dans ma poche il y a une photo de ma femme. Quand je la trouverai belle je rentrerai à la maison… »

7 ème histoire :

Un homme, toujours très désagréable avec sa femme, passe un jour chez des amis pour qu’ils l’accompagnent à l’aéroport pour y reconduire sa femme qui part en voyage à Paris.
Dans la salle d’attente, devant tout le monde, il lui souhaite un bon voyage et, sur un ton ironique, il lui crie :
« Ma chérie, n’oublie pas de me rapporter une jolie française Ha Ha Ha !! »

Elle passe 15 jours en France.
A son retour, le mari de nouveau demande à ses amis de l’accompagner à l’aéroport pour y recevoir sa femme. La voyant arriver, la première chose qu’il lui crie à voix forte :
– « Ma chérie, tu m’as ramené ma petite française ?
– « J’ai fais tout mon possible » répond-t-elle, « Maintenant il ne nous reste plus qu’à prier pour que ce soit une fille qui naisse »

8 ème histoire : Femme au Foyer

Un jour, un homme rentre du travail pour trouver le chaos qui règne à la maison…
Ses enfants, encore en pyjama, jouent dans la boue du jardin. Sur le gazon, tout autour de la maison, il y a des cartons de repas congelés et des boîtes de jus de fruits par terre.

Quand il entre dans la maison, c’est encore pire. La vaisselle sale est éparpillée dans toute la cuisine, le repas du chien est renversé sur le sol, la vitre est brisée et les morceaux traînent par terre, il y a du sable par terre, sur la table de la cuisine et les meubles.
Dans la salle de séjour, il trouve des jouets, des vêtements et une lampe renversée.
A ce moment, l’homme a très peur qu’un malheur ait touché sa femme.
Il se précipite au 2e étage et là, stupéfait, il trouve sa femme en pyjama, assise dans le lit en train de lire.
Elle se retourne en souriant et lui demande :
– « Comment était ta journée ?
– Mais que s’est-il passé ici aujourd’hui ?!?
– (souriante…) Tu sais, chaque jour en rentrant, tu me demandes ce que j’ai fait durant la journée et quand je réponds que je me suis occupée de la maison et des enfants, tu me dis : « C’est tout ? » Eh bien, aujourd’hui, je n’ai rien fait ! »

9 ème Histoire : Mariage

Un petit garçon demande à son père:
–Papa, combien ça coûte pour se marier?
Et le père répond :’Je ne sais pas. Je suis encore en train de payer !
Si un homme ouvre la portière de sa voiture à sa femme, on peut être sûr d’une chose: Ou bien c’est la voiture qui est neuve, ou bien c’est la femme.

Pour qu’un mariage soit réussi, il faut beaucoup donner et beaucoup recevoir… En fait, le plus souvent, l’homme donne et la femme reçoit.

La vie maritale est très frustrante. La première année de mariage, l’homme parle et la femme écoute. La deuxième année, la femme parle et c’est l’homme qui écoute. A partir de la troisième année, c’est les deux qui parlent et les voisins écoutent.

10 ème Histoire : Les lions indomptables

Lors de la procédure de divorce de ses parents le juge demande au jeune garçon de choisir entre ses deux parents celui avec qui il aimerait vivre:il hésite on ne sait pourquoi alors le juge repose la question :
Junior veux-tu aller vivre avec ton père ?
L’enfant répond non papa me bat tout le temps.
veux tu alors rester avec ta mère ?,
Non elle aussi me bat tout le temps. Alors on lui demande avec qui veux tu alors vivre ? il répond je veux vivre avec les lions indomptables parce qu’ils ne battent jamais personne

11 ème Histoire : Le robinet

Un couple : lui et elle
elle : chéri le robinet fuit ! Change le joint
lui : pas le temps, et j’suis pas plombier !
LE LENDEMAIN
elle : tu penses au robinet qui fuit ?
lui : pas ce soir et j’suis pas plombier !
LE LENDEMAIN DU LENDEMAIN
lui : tiens, le robinet ne fuit plus ?
elle : non le voisin est venu le réparer
lui : ah.. et il t’a demandé quoi pour le service ?
elle : que je lui fasse un gâteau ou une gâterie..
lui : ah.. et tu lui as fait quoi ?
elle : une gâterie
lui : espèce de S…. tu pouvais pas lui faire plutôt un gâteau
elle : j’suis pas pâtissière moi !

12 ème Histoire : Éducation sexuelle

Toto (5 ans) et Lili (3 ans) prennent leur bain ensemble sous la haute
surveillance de leur mère et jusque là tout s’est bien passé…
Cette fois ci Lili regarde le bas-ventre de Toto, regarde le sien et s’étonne :

— Dis maman qu’est-ce qu’il a entre les jambes Toto ?
— C’est un p’tit robinet pour faire pipi
— Ah bon ? mais moi j’en ai pas ??
— C’est normal, toi tu es une fille, tu as une fontaine pour faire pipi, c’est normal tu sais..
— Ah bon ben et toi , maman ?
— Moi aussi je suis une fille donc j’ai une fontaine
— Ah bon, ben et papa il a un robinet lui ?
— Mais oui ma chérie, papa c’est un garçon, donc il a un robinet.
Et Toto , qui l’avait pas ouverte jusque là , de dire :

— Ouais papa il a un robinet, même que l’autre jour il devait être bouché : j’ai vu la bonne qui soufflait dedans…

13 ème Histoire : L’enfant !

L’histoire se passe dans un commissariat
« Monsieur le commissaire, ce monsieur que voici a enceinté ma fille de 16 ans. il a gâté son avenir »
L’accusé répond : « loin de là. j’assume la grossesse. si l’enfant est une fille, je donne 10 millions pour l’enfant, 20 millions pour sa mère et un immeuble pour les parents. je donnerai le double si l’enfant est un garçonnet le triple pour les jumeaux. Dans le cas d’une fausse couche, je………. »
le père l’arrête aussi tôt et dit : « Il ya pas de je…dans ce cas, vous reprenez tout à zéro et sous ma surveillance cette fois-ci mon beau »

14 ème Histoire : Pension alimentaire

Aujourd’hui ma fille va avoir 18 ANS … et je suis très content, parce que c’est le dernier paiement de pension alimentaire que je vais donner.
J’ai donc appelé ma fille pour qu’elle vienne chez moi et à son arrivée je lui ai dit :
– Ma petite fille, je veux que tu apportes ce chèque à ta mère et que tu lui dises que :  » c’est le dernier putain de chèque qu’elle va recevoir de moi, dans tout ce qui lui reste à vivre de sa putain de vie !!! Je veux aussi que tu me dises l’expression qu’elle aura sur son visage lorsque tu le lui diras ».
Ma fille s’en alla donc porter le chèque. Moi j’étais anxieux de savoir ce que la sorcière avait pu répondre et la tête qu’elle avait faite.
Lorsque ma fille est revenue, je lui ai immédiatement demandé :
– Alors que t’a dit ta mère ?
– Elle m’a dit que justement elle attendait ce jour-là pour te dire que tu n’es pas mon père ».

15 ème Histoire : L’enfant !

Le mari, sur son lit de mort, appelle sa femme. D’une voix rauque et faible, il lui dit :
– « Très bien, mon heure est arrivée, mais avant je veux te faire une confession.
– « Non, non, reste tranquille, tu ne dois faire aucun effort ».
– « Mais enfin, je dois le faire », insiste le mari. Il est bon de mourir en paix. Je veux te confesser quelque chose.
– « C’est bon, c’est bon, je t’écoute »lui répond sa femme.
– « J’ai eu des relations avec ta sœur, ta mère et ta meilleure amie » confesse le mari.
– « Je sais, je sais ! C’est pour ça que je t’ai empoisonné, !!! » déclare sa femme.

16 ème Histoire : Noces d’argent

Un homme est invité à manger chez des amis. Le couple qui le reçoit a la cinquantaine et vient de fêter les noces d’argent. Après le repas, pendant que madame prépare le café, l’invité prend son hôte par le bras, et lui dit sur le ton de la confidence :

« Dis donc, tu m’épates : après 25 années de mariage, tu continues à donner à ta femme des petits noms doux, comme Ma chérie, Mon amour, Mon bébé, Ma bichette, etc… Vraiment , là, je t’admire !  »

Et le mari lui répond à l’oreille :

« Pour être honnête… J’ai oublié son prénom »

 

 

Read Full Post »