Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘mensonges’

Cette phrase est l’excuse toute faite et toute trouvée par certain pour une raison ou une autre dans le but de se justifier. Seulement elle ne tient pas la route comme excuse car surfaite.

Dans nos sociétés d’aujourd’hui on dit inlassablement : « time is money » Ce bout de phrase est très clair et ne chipote pas : le temps c’est pour l’argent (ou un quelconque intérêt). Cette notion pour les adeptes du capitalisme, elle est le mot clé de la réussite.

La notion désormais va au-delà de la sphère capitaliste et s’étend sur tout.
Je constate qu’ elle est très présente dans les cercles familiaux, de connaissances et d’amis. Je trouve cela alarmant. Le temps qui sépare les gens !
J’ai une petite cousine de 15 ans : Diamond P. Accidentellement j’ai suivi la fin de sa conversation avec un ami, peut être un copain ou un soupirant. Elle lui a dit : « Je n’ai pas de temps, je n’ai pas de temps pour toi…En fait j’ai un autre centre d’intérêt en ce moment et ce n’est pas toi. » J’étais ébahie par la franchise d’une gamine. Les ados…

La franchise dont fait preuve cette gamine, je dois le reconnaitre est une louable, simplement parce qu’elle est honnête, même si un peu crue ou dure à entendre. Elle aurait pu choisir de chipoter et dire juste qu’elle n’a pas le temps parce qu’elle est occupée à construire le monde ou à faire ses devoirs. Elle ose dire ce que les adultes n’osent pas dans leur rapport avec autrui. Ils préfèrent jouer à chat et à la souris. Et sortir le joker : Je n’ai pas le temps.

Sans vouloir parler pour tout le monde, je pense qu’on a toujours le temps. Seulement, ce temps on ne veut l’accorder que pour des choses qui nous rapportent ou pour des gens dont on a un certain intérêt. Ce qui est tout à fait légitime. Mais il faut peut être oser le reconnaitre afin que tout le monde soit gagnant : du temps !

Le temps très souvent rime avec pressé. On est pressé d’arriver à ce rencard, au boulot…du coup on ne peut parler (perdre) 5 minutes avec quelqu’un qui nous sollicite pour une raison qu’on ne veut même pas écouter parce qu’on risque de perdre ce que l’on poursuit : l’argent (ou autre chose de notre intérêt propre).

La langue de Shakespeare je l’aime bien, elle regorge de tellement de mots entiers. « No interest, no action » Une autre maxime de mes chers capitalistes. Et qui très vite empruntée de Tous et inhérente à
« Time is money ».

Notre temps est accordé en fonction de l’intérêt que l’on a ou aura. Je l’ai compris le jour où je devais amener mon fils à la pédiatrie. Mes rendez vous importants de la matinée ? Au second plan. Peut être que la veille j’avais assuré à quelqu’un que je n’aurais pas le temps à cause de mes rendez vous importants. Finalement j’ai eu du temps pour quelque chose d’autre que je n’avais pas du tout programmé. Comme quoi on a toujours le temps, c’est l’intérêt en face qui est déterminant en tout cas pour la plus part d’entre nous.

Le temps est une notion volatile, si on ne peut exercer une quelconque action sur elle directement, on peut au moins essayer d’être intemporel. Avoir les coudées franches tout en restant bienséant envers autrui. Il vaut mieux proposer à la voisine de l’aider la veille si on ne peut le faire le jour dit pour ce barbecue (au cas où on a autre chose de plus alléchant de prévu). Et non pas de sortir : « Je n’ai pas le temps ». Qui en a ?
Passer un coup de fil de 5 min pour assister ce collègue endeuillé dont on ne pourra pas assister physiquement, au lieu de sortir qu’on n’a pas eu le temps ce jour là parce que occupé à sauver le monde, sauf ce collègue.
Certaines choses n’ont de la valeur que lorsqu’elles sont faites à moment indiqué.

« L’argent » qui est à la clé lorsqu’on se laisse gérer par le temps ne s’en ira pas si l’on décide de s’arrêter un moment pour une ou deux choses sans grand intérêt pour nous, mais peut être pour l’autre. Tant que le temps existera, il y aura toujours de l’argent à gagner.

Chaque jour nous perdons (à notre insu ou pas) notre temps à ne pas faire ce qu’il y à faire, à mal faire, ou alors à faire à contre temps des choses. Soyons libre et honnête envers nos vis-à-vis et cessons de prendre comme excuse le temps. Si on ne veut s’arrêter pour des choses ayant peu ou pas d’intérêt pour nous, on s’arrêtera sans doute un beau jour pour moins que ça et au profit de personne, même pas de soi.

Publicités

Read Full Post »